Les débuts de l’école Colline de la Verville

Voici une brève histoire de la première école. Il y a 3, voire 4, cartons d’archives à la mairie et cette page n’affiche que quelques jalons glanés dans ces archives.

L’école a été construite sur une colline déjà repérée sur les cartes Cassini du 18ème siècle par la situation de la « maison du garde de Villeroy ». Sur les cartes d’état-major (1820 à 1830), cette maison est toujours repérée, à l’emplacement actuel du nouveau parking. Cette maison explique l’origine du nom de l’avenue de La Garde.

Décision construction du GS VervilleLa décision de construire une école est la conséquence de la construction des logements « Levitt ».  A ce sujet, voir l’histoire de la ZAC en cliquant ICI.

Le conseil municipal de Mennecy a adopté une première décision le 21 novembre 1970, pour une école de 6 classes. Cette décision a été annulée et remplacée le 2 avril 1971 pour un groupe scolaire nettement plus grand, avec 6 logements d’instituteurs et 2 plateaux sportifs.
Cliquer sur le lien ci contre pour ouvrir une copie de ces deux délibérations.

Il faut se replacer dans le contexte de l’époque pour bien comprendre ce qu’il s’y passe. La conception de la ZAC a débuté en 1969 et s’achève fin 1970. Mennecy va recevoir environ 1600 nouvelles maisons, soit 2 fois le nombre de logements de la ville d’alors, et de nombreux équipements modernes qui en feront la ville que nous connaissons aujourd’hui. Mais déjà, le développement s’emballe, et le projet de collège se révèle être trop petit. On devine en effet en filigrane que les ambitions pour le groupe scolaire de la Verville étaient considérables. La cantine était dimensionnée sur l’hypothèse de la moitié des élèves qui y mangeaient, soit 420 parmi 840. C’est à dire que le site prévoyait un collège à proximité immédiate de l’école, 600 élèves dans le collège et 240 dans l’école.

Entre fin 1970 et début 1971, il s’est avéré nécessaire de réaliser un collège plus grand, ce sera celui que nous connaissons aujourd’hui, et une école plus grande que celle prévue en 1970, ce sera celle qui fonctionnera entre 1972, première rentrée au complet, et 2012, sa démolition. Ci-dessous, 2 photos aériennes de l’IGN extraites de Geoportail. Même si elles sont datées du 1er janvier 1970 et 1er janvier 1971, ce sont des photos prises en été, il y a des feuilles sur les arbres.

Devis Construction initialeLe devis de la construction du groupe scolaire « version 1971 » a été évalué à 2.800.000F TTC. Dans ce devis on remarque une petite différence avec la réalisation: la chaufferie n’a pas été construite en sous-sol mais de plain pied. Il y manque le coût des plateaux sportifs, qui s’est élevé à 88.000F TTC en 1974, et les travaux de raccordement au gaz et à l’électricité (ce premier groupe scolaire était alimenté en haute tension et incorporait, dans ses locaux, un transformateur) qui ont atteint 60.000F TTC.
A peu de choses près, on peut retenir que ce premier groupe scolaire a été construit avec un montant à financer de 3 millions de francs TTC (valeur 1971), hors voirie devant le bâtiment. Cliquer sur l’image ci-contre pour ouvrir le document.

Transmission a l'ENCe premier groupe scolaire a été construit par l’aménageur de la ZAC, Levitt France, qui construisait les 1600 maisons et les équipements associés décidés avec l’Etat et la commune dans la convention de ZAC. Cette société était le maître d’ouvrage, et pas la commune, et c’est ce maître d’ouvrage qui a transmis le dossier décrivant cette école aux services de l’éducation nationale, le 3 mai 1971. Concrètement, c’est à partir de cette date que l’école existe pour l’éducation nationale, avec une capacité connue par ses services. La décision sur le nom de l’école reste cependant dans le flou, tantôt « école de la Verville » ou « Ecole de la Colline de la Verville ».
En 2013, l’annuaire de l’éducation nationale cite un groupe scolaire Colline de la Verville, sans que la ville de Mennecy ait proposé le moindre changement de nom depuis la création de la première école.

Réception travaux constructionLa réception provisoire des deux écoles, maternelle et élémentaire, a été prononcée le 21 septembre et le 22 décembre 1971. Les autres archives en mairie montrent que l’ouverture a été progressive, au fur et à mesure de l’installation des nouvelles familles dans les maisons qui se construisaient. Le groupe scolaire a démarré dans ce qui est devenu l’école maternelle, dans un format de 4 classes maternelle et 2 classes élémentaires. La rentrée de septembre 1972 s’est faite dans un bâtiment complet avec 5 classes de maternelle et au moins 10 classes d’élémentaire.
Les début ont été mouvementés. Les archives font découvrir des fuites dans le toit dès mars 1972. Le maire Jean-Jacques Robert a du aussi reloger les 6 classes pionnières pendant l’hiver 1971-1972 puisque la chaudière de l’école a « éclaté » deux fois dans l’hiver…
Les archives témoignent aussi de travaux de réfection de toiture importants en 1980 et 1986. Des travaux importants de changement de façades ont été entrepris entre 2004 et 2007. Les 2 chaudières de l’école démolie étaient estampillées 1995.
La réception des 6 logements d’instituteurs a été prononcée fin 1973.

Commande plateaux sportifsLes 2 plateaux sportifs ont été commandés et réalisés en 1974, sur un terrain qui a été destiné à cet aménagement dès la décision de construire l’école dans on format définitif, en avril 1971. Dans la version initiale, ces 2 plateaux ont coûté 88.000 F TTC.

.

.

.

.

A propos de la domanialité, voici quelques pièces obtenues du conservateur des hypothèques de Corbeil-Essonnes, c’est à dire des pièces publiées et opposables aux tiers. Ces pièces ont été obtenues en demandant simplement les actes de vente publiés dans les années 70 et 80 des parcelles numérotées AE475 et AE632 le 22 août 2013. L’ancienne parcelle AE474 (l’école) est l’union exacte des parcelles actuelles (au sens du cadastre en 2013) AE632 (l’école toujours) et AE633 (les anciens logements d’instituteurs devenus logements sociaux).

  • Les parcelles AE475 (le bois) et AE632 (l’école, cad une partie de l’ancienne parcelle AE474)
  • Fiche parcelle AE474
  • Fiche parcelle AE475
  • 14 et 28 juin 1977: le Bois de la Verville est vendu par la SCI Parc de Villeroy à l’Aful de la Colline Verville. Cette vente englobe d’autres parcelles foncières, en fait toutes les parcelles connues aujourd’hui pour être les espaces verts possédés par l’Aful. Dans cet acte figure la parcelle AE102, dans l’ancien cadastre. L’acte explique que cette parcelle a été découpée et renumérotée pour former les parcelles AE474 et AE475 dans le nouveau cadastre.
  • 13 octobre 1981: un nombre important de rues de la « ZAC des Levitt » sont vendues à la commune de Mennecy. Parmi ces parcelles, selon le cadastre de Corbeil, figurent les parcelles AE96 et AE102 devenues plus tard AE474. La parcelle de l’école, AE474, n’est citée que dans des annotations manuscrites mais visées au dos de la 2ème page de l’acte.
  • 26 novembre 1987: coup de théatre, la parcelle AE474 est vendue une seconde fois par la SCI Parc de Villeroy, en liquidation, à l’Aful de la Colline Verville…. Ce sera noté dans les registres du cadastre comme une erreur en 1990.

Ultime vérification, voici, ci-dessous, les actes publiés en 1971 et 1973 à propos du Chemin de la Verville et de la division en lots de ce qui deviendra l’Aful de la Verville. Les 2 parcelles qui concernent aujourd’hui l’école, numérotées alors AE474 et AE475, ne figurent pas dans ces actes.

Image acte division Aful Verville

Image acte chemin de la Verville.

.

.

.

Le nom de la voire devant l’école n’a été décidé qu’en 2000, le parking est alors devenu Place de l’école de la Verville.
Les numéros ont été attribués en septembre 2009 en donnant le n°2 à l’école maternelle, le 4 à l’école élémentaire et le 6 au bloc des 6 logements. (voir le plan de division)
Ces 6 logements ont été vendus par la ville fin 2009 au bailleur social L’Athégienne, en même temps que les 4 logements d’instituteurs du groupe scolaire de la Jeannotte. Les 6 logements sociaux de la place de l’Ecole de la Verville sont alors devenus les premiers logements sociaux, et encore les seuls en 2013, dans la moitié sud de la ville.

En 2013, la maison de l’Aful de la Verville n’a pas de numéro, elle reste d’ailleurs partiellement enclavée derrière une parcelle de 2m de largeur qui, pour des raisons mystérieuses, appartient au domaine privé de la ville (selon le relevé de propriété issu du cadastre) et ne constitue pas un élément de voirie.

Les travaux de reconstruction du groupe scolaire ont concerné ces 6 logements et la maison de l’Aful dans la mesure où il a fallu reconstruire entièrement les réseaux publics qui avaient été conçus pour alimenter un groupe scolaire auquel étaient attachées ces 2 constructions. Ce réaménagement a été mené en même temps que la construction de la nouvelle école, de juillet 2012 à août 2013.

Enfin, pour le souvenir, cliquer sur ce lien pour voir un diaporama pris quelques minutes avant le début de la démolition:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités